Début de la construction

      La construction à durer 4 ans ½ de décembre 2005 à juillet 2010. J’ai consacré 2h par jour régulièrement et parfois des journées entières, sans pour cela sacrifier la famille et les travaux de la maison. Ce point est important, il faut garder un équilibre si on ne veut pas se faire rejeter et aussi ne pas se dégoûter ni se décourager. Pas d’objectif de date (surtout pas), mais si on veut aboutir, il faut être assidu.

Commencer par réaliser un parfait plan de travail, qui sera la référence pour toute la fabrication. Pour moi se sera un billard français protégé et recouvert d’une planche de novopan de 25 mm d’épaisseur. Pour travailler le bois j’ai acheté une indispensable ponceuse à disque vertical de grand diamètre pour ajuster les coupes, une petite rabot-dégau , une trentaine de serre-joints et une agrafeuse. Pour travailler le métal, j’étais déjà outillé : un petit poste oxyacétylénique, un poste de soudure à l’arc, un petit lapidaire  pour découper avec disques de 1.6 mm d’épaisseur et un vieux tour.

Mr MARIE  m’a conseillé de commencer par fabriquer les couples afin de se faire la main. Le contreplaqué se coupe au cutter, les baguettes de pin d’Orégon à la scie à ruban, et le collage s’effectue à la colle  STRUCTAN. Facilité d’utilisation par application sur les 2 faces, puis pressé par serre-joints ou par bandes agrafes.

Vient ensuite la fabrication des flancs et de la profondeur monobloc qui ne pose aucun problème particulier.

Voilà 3 mois que j’ai commencé et je vais déjà assembler le fuselage. Il faut bien préparer le chantier : tracer l’axe et l’emplacement de chaque couple avec précision, confectionner des équerres en bois pour maintenir la partie arrière, et se faire aider pour étaler la colle, tenir en place  et placer les serre-joints. On termine en fermant le dessous du fuselage  arrière.

Pour finir l’empennage, je réalise la dérive et la direction avec le système de réglage du compensateur.

Etape suivante, l’aile, qui me demandera 1 an de travail (non de plaisir….). D’abord les nervures, une par jour et parallèlement la confection des pièces métalliques, en 25CD4S pour les ferrures d’aile et en dural pour les supports d’ailerons et de volets. Je coupe la tôle avec un petit lapidaire munis d’un disque de 1.6mm d’épaisseur. Ensuite j’égalise à la lime et je termine par un ponçage soigné. Le rivetage avec rivet plein en alu se fait au marteau, après avoir effectué  des essais pour se faire la main.

La confection des longerons se fait dans des gabaries. Avant de coller le contreplaqué de bouleau de 2.5mm sur les flancs avec les fibres placées à 45°, il faut raboter les 2 faces afin de ramener la cote 70mm.

Collage des nervures AR sur les longerons, puis du longeron AR. PHOTO 6 Il faut maintenant ajuster les ailerons et les volets avec les articulations et penser aux commandes. La fente sera réalisée en Styrofoam coupé au fil chaud, puis recouvert d’un contreplaqué de 0.8 mm. Pose des nervures AV, des ferrures de train principal, des saumons et fermeture des ailes par le contreplaqué de 1.5mm, après avoir peint l’intérieur d’un vernis polyuréthane.

Cela fait 2 ans que je fabrique les éléments et le moment est venu d’effectuer la mise en croix dans le hangar. Je contrôle les cotes et la symétrie. Tout va bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s